Jean-Bernard : 06 85 44 26 69

La communication au chevet des plus grands

Deux événements m'ont marqué au cours des dernières semaines et me laissent imaginer que quelques communicants doivent passer de très mauvaises nuits… et sans doute de très mauvaises journées!

Dans les deux cas, le pic de la crise est passé. Leur présence dans les media et plus particulièrement aux infos s’est considérablement raréfié. Ce n’est en aucun cas le signe de la fin de leurs difficultés, c’est au contraire maintenant qu’il va falloir marcher sur le fil de la crédibilité et de la confiance aux yeux du monde entier.

La première équipe est celle de Volkswagen! Avant que la vérité n’éclate, je lisais une infographie qui comparait les données d’émissions polluantes des véhicules de la marque fournies par le constructeur à celles mesurées. Elle montrait que le rapport des émissions annoncées par rapport à celles mesurées était meilleur que chez les autres constructeurs. Je remarquai alors qu’ils avaient bien bossé chez VW pour en arriver là. Mais non, en fait, ils ont bien triché! Et voilà comment, de fil en aiguille, 11 millions de véhicules se sont retrouvés impactés par la supercherie.
Si le pic de la crise est passé, la communication à venir est pour le moins périlleuse ! L’exigence de transparence est devenue la seule voie de sortie. D’abord pour regagner la confiance des clients, mais aussi des media, des politiques, etc… Le monde moderne veut imposer des réponses rapides à tout problème, bien souvent sans soucis du lendemain, un bouc-émissaire a donc été trouvé et licencié. Mais la machine juridique est en marche aux Etats-Unis et peut-être que l’Europe finira par se réveiller également. L’action est également en berne, ce qui représente une hémorragie qu’il va falloir stopper sans tarder. Bravo par avance à l’équipe de communicant qui va réussir à déjouer tous ces pièges et trouver un nouveau ton pour faire oublier tout cela !

L’autre équipe est celle de la fédération sportive qui draine le plus de licenciés au monde. Fort de sa puissance financière, la FIFA collectionne excès, abus, et tout ce qu'il est possible d'imaginer comme chaque fois que la notion de pouvoir s’impose. Pots de vin, mensonges en tout genre, président sali, et les sponsors principaux de l'organisme qui demandent directement la tête du chef.
Dans un bureau suisse sans doute, il y a une équipe de personnes en charge de la communication externe de la fédération qui doivent transmettre l'improbable message que tout va bien, que les votes ont eu lieu démocratiquement, qu'ils sont attentifs à l'environnement, à la condition humaine dans les pays précédemment élus, etc… Grâce à un budget énorme, parions qu’ils ont su recruter une équipe de communication championne du monde !